Vautours fauves

Les vautours victimes d’une presse à sensation !

Cet été, les vautours étaient résolument dans le collimateur de la presse à sensation et peu importe la réalité des faits, le respect des témoignages et les conséquences pour la survie de ces oiseaux…

Vautour Fauve

Vautour Fauve


En juillet dernier, France Info diffusait une chronique sur de prétendues attaques « inquiétantes » de vautours allant jusqu’à affirmer qu’une « randonneuse blessée avait été très certainement tuée […] » et ceci en contradiction avec les rapports légiste et d’expertises qui ont démontré que ces oiseaux n’avaient aucune responsabilité dans les faits rapportés. Qu’importe ce discours a fait des émules avec le Midi Libre qui titrait « bêtes et humains […] les vautours passent à l’attaque » ou encore le Dauphiné Libéré qui signait un article hitchcockien « D’inquiétants vautours meurtriers […] les menaces viendraient-elles du ciel ». Ces mêmes journaux face aux résultats d’expertises ont été ensuite contraints de publier des démentis disculpant les vautours.

Malgré l’avis des spécialistes, il aura fallu attendre l’apogée de ce déchaînement médiatique pour qu’enfin cette presse renonce un instant de jeter l’opprobre sur les vautours en leur attribuant un rôle de prédateur qu’ils n’ont jamais exercé, au risque d’engendrer les peurs inutiles qui ont conduites, en France, à leur quasi-extermination à la fin de 19ème siècle.

Des témoins et des éleveurs questionnés ont vu leur parole déformée. Ils se sont découverts ainsi pris en otage d’une presse qui les a placé au centre d’une polémique qu’ils n’ont pas voulu.

Les vautours sont accusés de tous les maux sans aucun discernement alors qu’ils partagent avec l’humanité une histoire riche de plusieurs millions d’années et qu’ils ne pillent ni les cultures, ni les troupeaux et se contentent juste de débarrasser rapidement l’environnement de ses cadavres avant tout risque de putréfaction et de propagation de pathogènes.

Il devient urgent d’informer correctement les citoyens, sur le vrai rôle des vautours dont les comportements sont le fruit de près de 50 millions d’années d’évolution. Leur concéder le pouvoir de changer de comportement en quelques années pour se muter en des « prédateurs » équivaut à tout ignorer de l’évolution des organismes vivants et de la sélection naturelle. Ils ont traversé les âges en se focalisant sur la nécrophagie. Leur évolution leur a permis d’acquérir des caractéristiques parfaitement adaptées à la consommation d’animaux morts. Comment soudainement auraient-ils pu développer de nouveaux comportements pour devenir prédateurs ? Ceci n’est pas dans la logique de la nature.

Pour se nourrir, la plupart des organismes vivants répondent à des stimuli. Concernant les prédateurs le stimuli principal est le mouvement des proies alors qu’à l’inverse pour les vautours, les stimuli principaux sont la posture d’un animal agonisant et l’immobilité avec absence de réaction lors des manœuvres d’approche des oiseaux. Un animal sain et en pleine possession de ses moyens laisse donc les vautours indifférents. En témoigne, la tranquillité des troupeaux qui poursuivent paisiblement de brouter lorsqu’apparaît l’ombre d’un vautour. Les bergers qui ont gardé la mémoire des vautours le savent bien, ils les respectent à l’égal de leurs chiens, car ils n’ignorent pas les grands services qu’ils leurs rendent en débarrassant les parcours pastoraux des cadavres d’animaux morts.

Lors d’interventions ante mortem, les vautours ne font simplement qu’anticiper la mort d’animaux déjà condamnés, ce qui ne peut pas s’apparenter à des comportements de prédation qui impliquent une volonté délibérée du prédateur de mettre à mort sa proie avant de la consommer.

Les vautours sont nos alliés essentiels en recyclant les carcasses d’animaux morts, en réduisant les risques d’émergence et de dispersion de souches pathogènes et en jouant également un rôle culturel, social et économique.

Dans ce siècle de toutes les peurs, la menace ne vient pas du ciel. L’ombre du vautour qui plane au dessus des verts pâturages illustre seulement une biodiversité qui s’exprime dans sa fragile complexité.

Allain Bougrain Dubourg
Président de la LPO

Source: LPO

StagesPhoto17.fr un site internet gérer par le photographe ici Stephen Rennie propose les stages photo au Pyrénées Basque afin de photographier les Vautours Fauves dans leur environnement naturel.
En savoir plus >> Stage Photo Pyrénées

"Un large éventail de prestations professionnelles... reportages événementiels, séances à domicile, photographies d'illustration, cours photo..."

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour garantir le bon fonctionnement du site, vous proposer des services et contenus personnalisés ou de réaliser des statistiques. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer